Voici nos 5 commandements pour créer des baskets responsables

Depuis quelques années fleurissent les marques de mode éco-responsable, écologique ou durables. Si ces marques se positionnent ainsi, c’est que l’industrie du textile classique ne respecte ni l’environnement,  ni les conditions de travail des salariés.

Chez Ubac, qu’entend-t-on par mode durable ou mode responsable ?

Ces termes devenus génériques se sont complétement obscurcis. C'est pourquoi on tenait à vous partager nos 5 commandements, toujours au cœur de nos réflexions quand il s’agit de développer un nouveau produit.

À chaque étape du développement, la réflexion reste maîtresse de la création avec toujours une seule question : comment avoir le plus faible impact possible sur l’environnement ?

Avant de commencer, il faut définir ce que l’on veut dire par durable. Pour Anni Hartsia (qui a écrit une thèse très intéressante sur l’économie de l’industrie textile), créer un produit durable regroupe trois dimensions : l’économie, le social et l’environnement. Voilà, maintenant que nous avons posé les bases, laissez nous vous vous expliquer notre démarche et notre vision.

1er commandement- Privilégier une matière naturelle à faible impact avec une provenance la plus proche possible

Une fabrication française ou européenne ne suffit pas si les composants sont polluants et viennent de l’autre bout de la planète tout comme l'inverse. Voilà pourquoi notre réflexion dans la conception d’un produit commence toujours par le choix et la transformation de la matière première.

Le choix d'une matière naturelle à faible impact

Dans le choix de la matière, nous privilégions une matière naturelle et/ou recyclée à faible impact avec une transformation la plus proche possible.

On se renseigne alors sur la façon dont elle est produite, les étapes de transformation dont elle a besoin pour arriver à une matière finale et on s'assure que ce soit une des meilleurs alternatives pour l'environnement. 


Pulls de borne relais vêtements triés par couleur qui sont entreposés dans notre filature à Brassac dans le Tarn (81)

Par exemple nous avons choisi la laine recyclée car elle provient de pulls en laine issus de borne relais vêtements Française et européenne. Aucune ressources n’est donc prises de nouveau dans la nature. Ces étapes de transformation économisent de l'eau, de l'énergie et des colorants chimiques en comparaison d'une fibre neuve, les voici : 

• 1ère étape : réception de pulls en laine issus de borne relais vêtements (comme vous pouvez en voir un peu partout dans nos rues). Ces derniers sont triés par couleurs, ainsi, nul besoin de reteindre la laine !

• 2ème étape : défibrage de ces vêtements qui vont être revalorisés par un procédé unique et breveté. C’est le résultat de 10 ans de recherche en partenariat avec des ingénieurs Français et Italiens.

• 3ème étape : Jean-Michel, le coloriste et la star de la filature va pouvoir mélanger plusieurs couleurs de ces pulls défibrés (qui ressemblent maintenant à de la laine neuve) pour en obtenir de nouvelles.

• 4ème étape : Les fibres régénérées intègrent le processus classique d’une filature (cardage + filature).

Ensuite, ce fil part à Castres toujours dans le Tarn (81), chez Pierre qui va tisser avec amour pour obtenir la matière finale que vous trouvez sur nos baskets, une matière douce, souple mais assez dense pour être suffisamment solide et imperméable.

Une provenance proche de notre atelier de fabrication 

À cette étape, on va examiner la provenance de chaque matériau qui va rentrer dans la fabrication de nos baskets. On va s'interroger sur la traçabilité et l'endroit où est transformé cette matière. Il peut alors s'agir d'une filature, d'un tisseur, d'un fabricant de semelles ou encore d'un fabricant de lacets. On cherche alors à minimiser le transport entre ces intervenants et nos ateliers de fabrication.

Par exemple sur les modèles VOLA et TERRA : Hormis notre laine recyclée + filée + tissée à Castres en France, la quasi totalité de nos autres composants (semelles, lacets, étiquettes) sont fabriqués dans un rayon de 100km autour de notre atelier de fabrication.


Voilà la liste des matières et leurs provenances utilisées pour la fabrication de nos baskets VOLA et TERRA :

• Laine recyclée + filée (France)

• Semelles en canne à sucre (Portugal)

• Semelles en caoutchouc recyclé (Portugal)

• Semelles intérieures (Portugal)

• Lacets en PET recyclé (Portugal)

Le choix et la provenance des matières, c’est donc une démarche cruciale pour nous, mais qui peut s'avérer assez compliqué, surtout dans la chaussure où il faut plusieurs composants. On prend donc notre temps et on ne lâche rien, quitte à repousser la sortie d'un produit. 

Aussi, beaucoup de marques de fast fashion ne se posent pas autant de questions et vont au moins cher, même si ce choix implique de grands dommages pour l’environnement et les populations. Certaines fois, elles ne sont même pas capables de savoir d’où proviennent exactement les matériaux qu’elles utilisent puisqu’une grande partie de la production est sous-traitée.

2ème commandement - Créer des collections éco-conçues

On entend par "collection éco-conçue" à la fois l'écoconception liée à la création d'un nouveau modèle mais aussi le choix d'une production raisonnée avec des collections réduites.

La création d'un nouveau modèle combine le design et la conscience écologique

Après avoir choisi des matières, il faut leur donner une forme, un style, une vie. Tout ça, c’est le travail d’Adeline, notre styliste. Elle dessine les modèles en combinant design et déchets. Le but n’est pas de produire avec des matières responsables pour dire que nous sommes une entreprise écolo, cela n’aurait aucun sens.

Le but est de concevoir une basket minimale qui limite l'utilisation de composants différents. 


Modèle VOLA, une basket minimale en monomatière laine recyclée pour la tige.

Par exemple sur le modèle VOLA, toute la tige (la partie haute de la chaussure) n'est réalisée que dans 2 empiècements, réduisant aussi le nombre de chutes et de déchets.

2 collections par an vs 52 collections pour la fast fashion

En plus, pour ne pas céder au rythme de la fast fashion qui sort environ 52 “capsules” par an (une capsule, c’est une collection, on en compte donc à peu près une toutes les semaines) et ne pas vous faire consommer plus que de raison, on vous propose 2 collections par an. Cette gamme réduite avec peu de produits concentre l'essentiel : un bon mélange entre une production raisonnée et suffisamment de choix. 

Nous évitons ainsi la surproduction, un véritable fléau environnemental. Aussi nous proposons souvent nos nouveaux produits en précommande, cela vous permet de bénéficier d'un prix réduit et nous de produire à votre demande ce dont vous avez réellement besoin. 

Le résultat : des produits qui sont réfléchis et qualitatifs. Ils ont été pensés pour vous plaire et vous suivre longtemps, pas pour que vous les gardiez au fond d’un placard après les avoir portés quatre fois.

En plus, il faut savoir qu’à chaque modèle créé, il faut refaire un patronage et un parc de formes pour chaque pointure, ce qui ajoute un surcoût considérable à la production, mais aussi à la planète si les chaussures ne vous plaisent pas.

C'est aussi pourquoi votre avis compte tellement et que nous avons créé la rubrique à venir qui vous permet de codévelopper nos futurs produits. 

3ème commandement- Fabriquer localement au Portugal et en France

On entend par fabrication l’assemblage de nos baskets ou le tricotage de nos bonnets, qu’on réalise localement, tout comme la réalisation de nos composants qu'on a vu dans le 1er commandement. Ici on vous parle des enjeux et des nombreux bénéfices d'une fabrication locale. 

La fabrication locale pour le respect et la rémunération juste de chacun

La mode, c’est l’industrie la plus polluante, mais aussi une de celles qui embauche le plus de personnes sans regard sur les conditions de travail souvent déplorables des ouvriers. Être une marque responsable, ce n’est pas seulement utiliser des matériaux durables. Ce n’est pas seulement réduire notre empreinte en fabriquant le plus localement possible. C’est aussi s’assurer du bien-être des salariés, de leurs bonnes conditions de travail et de la rémunération juste de chacun. On travaille donc le plus localement possible. Notre but : replacer l’humain à chaque étape de production.Karine, directrice des tricots Jean Ruiz à Roanne (42) et Mathilde, la cofondatrice de Ubac 

De notre filature du Tarn (81), en passant par notre atelier de tricotage de la Loire (42), jusqu’à notre atelier de montage au Nord du Portugal, on est en contact régulier avec tous les acteurs de notre chaîne de fabrication.

La fabrication locale pour la création de multiples liens bénéfiques 

Humaniser toute la chaîne de production permet de se rendre compte de l’impact de notre fabrication. C'est aussi de belles rencontres qui se créent avec du respect mutuel et de la confiance.

Atelier de fabrication du modèle TERRA situé au Nord de Porto au Portugal

Nous visitons régulièrement nos fabricants ce qui nous permet de comprendre les contraintes techniques et la manière dont sont faites les choses. Cela crée aussi beaucoup de souplesse et permet donc d'innover facilement.

Pour résumer, voici la liste des bénéfices de notre "fabriqué local"  : 

• Une fabrication en France et au Portugal
• Le respect des conditions de travail des ouvriers
• La rémunération juste de chacun
• La confiance et le respect mutuel
• L’innovation

Et quand on repense à la définition de “durable”, ce point social est extrêmement important. On veut vous garantir des produits durables, pas seulement pour l’environnement, mais aussi pour les personnes qui les fabriquent. 

4ème commandement - Reverser une partie de son chiffre d'affaire pour la protection de l'environnement

Pour chaque produit acheté, nous reversons une partie de nos bénéfices à un organisme de protection de la nature.

La Ligue pour la Protection des Oiseaux

• 1 bonnet acheté = 10% de bénéfices à la LPO

Forte d'un siècle d'engagement avec plus de 57 000 adhérents, 8 000 bénévoles actifs, 400 salariés sur le territoire national et d'un réseau d'associations locales actives dans 83 départements, la LPO est aujourd'hui la première association de protection de la nature en France.

Elle œuvre au quotidien pour

- la protection des espèces animales comme végétales pour la sauvegarde de la biodiversité
- la préservation des espaces notamment grâce à la création de réserves naturelles.
- l'éducation et la sensibilisation à l'environnement grâce à une multitude d’actions comme les sorties LPO, les campagnes digitales et les magazines.

Elle est le partenaire officiel en France du réseau BirdLife International (120 représentants et près de 2,8 millions d'adhérents dans le monde).

• #REBIRD

Chaque année nous menons une opération spéciale nommée #REBIRD . Nous créons un bonnet en édition limitée, disponible un mois en précommande sur notre boutique ou tous les bénéfices sont reversés à la LPO.

Découvrez le bilan de l'opération #REBIRD 2019 ici et #REBIRD 2020 là 

Financer la LPO permet d’agir pour la protection de la biodiversité partout en France avec un soin tout particulier accordé pour la sauvegarde des oiseaux.

Reforest'Action

1 paire achetée = 1 arbre planté par Reforest'Action

Depuis sa création en 2010, Reforest’Action a planté plus de 5 millions d'arbres, réuni plus de 135 000 planteurs, sensibilisé plus de 20 millions de personnes aux enjeux de la forêt et généré un impact positif sur les conditions de vie de plus de 100 000 personnes à travers le monde.

Certifiée B Corp, Reforest’Action est une entreprise à vocation sociale dont la mission première est de sensibiliser et d’agir pour les forêts :
Sensibiliser au pouvoir des forêts et à la nécessité de les protéger.
Agir en préservant et en restaurant des forêts en France et dans monde.

Financer Reforest'action permet de restaurer des forêts, les poumons de la planète. Après la réduction de notre empreinte, les forêts permettent de répondre aux principaux enjeux mondiaux qui conditionnent l’avenir de l’humanité : le changement climatique et l’érosion de la biodiversité.

5ème commandement - Toujours rester cohérent avec les petits détails qui font la différence

Créer des baskets responsables, c'est aussi s'occuper de leur emballage et de leur expédition, voilà pourquoi nous pouvons ici encore œuvrer pour limiter notre impact.

Les expéditions pensées pour limiter le suremballage

Nous expédions toutes nos baskets directement dans leurs boites, nous évitons ainsi le suremballage et les déchets inutiles.

Nous prenons garde aussi à utiliser un scotch en kraft recyclé et recyclable. Bien entendu nos boîtes sont en carton recyclé et recyclable. Elles sont fabriquées à quelques kilomètres des ateliers de fabrication de nos baskets.

Pas de livraison express pour éviter un impact ultra lourd

Nous ne proposons pas la livraison express. “Livrer en urgence, par petites quantités, et multiplier les trajets augmentent la consommation de carburant et les émissions de gaz à effet de serre”, souligne l’Ademe dans son rapport "La face cachée du numérique" de Janvier 2021.

Nos 5 commandements sont non exhaustifs et reflètent uniquement nos engagements dans leur globalité. Aussi, s’engager pour une mode durable, ce n’est pas seulement vous expliquer tout ce que l’on fait déjà. C’est aussi chercher des solutions pour s’améliorer constamment.

On essaie de faire bien, mais surtout de toujours mieux faire, en améliorant toujours nos procédés de fabrication, en cherchant les fournisseurs et les fabricants qui nous aident à produire la chaussure la plus durable possible. Il y a toujours beaucoup de façons de s’améliorer : par exemple, nos semelles en canne à sucre sont bien fabriquées au Portugal, mais la canne à sucre provient du Brésil. On espère que d’ici quelques années, cette matière pourra provenir de sucre de betteraves européennes.

Cette démarche, celle qui nous pousse vers l’amélioration constante, est un point essentiel pour vous proposer des produits toujours plus responsables.